Au Conseil des ministres, le président rappelle son engagement « de faire de l’éducation une priorité »

Au Conseil des ministres, le président rappelle son engagement « de faire de l’éducation une priorité »

Revenu jeudi 30 septembre dans la Capitale en début de soirée après une absence qui l’a conduit au Katanga aux obsèques du président de l’Assemblée provinciale du Haut Katanga Gabriel Kyungu wa Kumwanza, à New-York à l’Assemblée générale de l’ONU où il a prononcé un discours, au nom du Congo et de l’Afrique – comme président en exercice de l’UA – en Europe – Allemagne, Italie, Belgique -, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a présidé vendredi 1er octobre la vingt-deuxième réunion du Conseil des ministres.

Ce Conseil des ministres qui s’est déroulé par visioconférence a été l’occasion pour le Président de la République de rappeler « son engagement à faire de l’éducation une priorité. Ceci se traduit par l’instauration de la gratuité de l’école et la valorisation de la formation professionnelle», a déclaré le ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du Gouvernement, Patrick Muyaya Katembwe. 

Ce fut le premier des cinq points développés dans sa communication par le Chef de l’état.

Ci-après :

Rentrée scolaire et effectivité de la gratuité.

Le Président de la République a rappelé son engagement à faire de l’éducation une priorité. Ceci se traduit par l’instauration de la gratuité de l’école et la valorisation de la formation professionnelle.

Il a indiqué que pour la rentrée scolaire prévue le lundi 4 octobre prochain, environ 2 millions de nouveaux inscrits sont attendus. Ce constat positif met en exergue des efforts réalisés par le Gouvernement, d’une part, et la maturation de l’appropriation du programme de la gratuité par la population, particulièrement les parents, d’autre part.

Au-delà de ces acquis, le programme de gratuité devrait atteindre l’objectif de zéro paiement par enfant congolais, d’améliorer les infrastructures adéquates ainsi que les conditions de travail et de traitement des enseignants pour un rendement scolaire optimal et qualitatif. Pour ce faire, le Président de la République a instruit le Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique de renforcer la collaboration avec son administration pour améliorer le partage d’information et la gestion des bases des données. En vue d’extirper les fictifs (enseignants, écoles, etc.), et d’introduire les concepts de mesure de résultats, de développer une culture de pilotage, de transparence et de redevabilité.

Par ailleurs, il a chargé le Premier Ministre de :

– Prendre les dispositions nécessaires pour la rentrée scolaire sur toute l’étendue de la République, avec les mesures exceptionnelles pour les provinces sous état de siège, et spécialement sur la scolarité des enfants hébergés dans les orphelinats en âge de scolarité, pour qu’ils bénéficient de l’égalité des chances en matière d’éducation.

– Créer une taskforce interministérielle notamment entre les Ministères du Budget, des Finances et de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique en collaboration avec son Cabinet, pour effectuer un suivi et une évaluation efficace du programme de la gratuité.

Rappelant que cette rentrée scolaire intervient, une fois de plus, sous la menace de la pandémie à Covid-19, le Président de la République a insisté sur l’impératif d’instruire les Chefs d’Établissements à mettre en place des dispositifs pratiques pour le respect des gestes-barrières.

Des cas des violations et d’abus sexuels commis par les agents de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Le Président de la République a exprimé son indignation suite aux cas d’abus et autres violences sexuelles commises par des agents de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en République Démocratique du Congo, entre 2018 et 2020, lors de la riposte contre l’épidémie d’Ébola qui sévissait dans le Nord Kivu et

l’Ituri. Il a résolument condamné ces faits ignobles.

Au-delà de cette indignation, il a tout de même salué le courage de l’Organisation Mondiale de la Santé qui a publiquement dénoncé les faits commis par ses agents, et promis de se constituer partie civile.

Enfin, le Président de la République a lancé un appel à une collaboration franche sur le plan judiciaire entre nos instances nationales et les instances internationales qui seront chargées de faire toute la lumière sur cette affaire. Il a réitéré son appel à la vigilance de tous pour que des tels faits ne puissent plus se reproduire.

Des objectifs d’amélioration du climat des affaires.

Le Président de la République a rappelé au Conseil sa recommandation faite à chaque membre du Gouvernement de s’approprier la mise en œuvre du 6ème pilier du Programme du Gouvernement, à savoir, le climat des affaires, en collaboration avec les structures appropriées.

Il a salué le travail de synchronisation fait par les différentes structures impliquées. Ces dernières ont permis l’élaboration d’un tableau de bord représentant l’ensemble des réformes nécessaires sur fond du programme d’actions 2021-2023 du Gouvernement.

Il a appelé à une accélération de leur mise en œuvre afin de continuer à améliorer l’image de notre pays et à gagner la confiance des investisseurs qui attendent de nous des signaux forts.

Il a aussi souhaité qu’une évaluation de la mise en œuvre de ces réformes et assignations se fasse en Conseil des Ministres trimestriellement. D’où, son instruction à la Cellule Climat des Affaires de la Présidence, de se rapprocher du Premier Ministre pour mettre en place un dispositif permettant d’effectuer ce suivi. Par conséquent, a-t-il indiqué, la première évaluation est attendue pour le dernier Conseil des Ministres du mois de décembre 2021.

En sa qualité de Magistrat Suprême, il a rappelé que tous ces efforts de réformes en amont ne valent rien, si en aval les opérateurs économiques ne bénéficient pas de l’assurance d’une sécurité judiciaire soutenue. Une fois de plus, il a interpellé la Justice à s’aligner sur cette dynamique et d’investir dans sa crédibilisation.

De la situation qui prévaut à l’Assemblée Provinciale de l’Equateur.

Le Président de la République a demandé au Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières de diligenter une enquête en vue de faire la lumière sur les événements de ces derniers jours et d’en établir les responsabilités. Il l’a également instruit de rappeler à Kinshasa, tous les protagonistes et envisager les mesures exceptionnelles qui peuvent permettre le retour de la paix.

De la situation de l’étudiant congolais bloqué à l’aéroport de Belgique.

Le Président de la République a évoqué la situation de l’étudiant congolais placé en centre fermé à l’aéroport de Zaventem en Belgique sous prétexte qu’il n’aurait pas les aptitudes pour prétendre poursuivre ses études universitaires alors qu’il a été inscrit à l’Université Catholique de Louvain et qu’il dispose de tous les documents requis y afférents. Il a fermement condamné cet acte déplorable tout en instruisant le Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères d’approcher l’Ambassadeur du Royaume de Belgique accrédité en République Démocratique du Congo pour lui exprimer la totale désapprobation de cet acte et exiger la libération immédiate de

Monsieur Jérôme Masudi Waso. Le Président de la République a insisté sur la nécessité de rappeler aux autorités belges d’assurer, par devoir de réciprocité, un meilleur traitement aux citoyens congolais qui arrivent sur leur sol comme la République Démocratique du Congo le fait pour les sujets belges.

mesures de mobilisation des recettes.

Le Conseil des ministres a procédé à l’évaluation et au suivi des mesures de mobilisation accrue des recettes de l’Etat. En l’espèce, le ministre des Finances, Nicolas Serge Kazadi Kadima-Nzuji a fait rapport « dans le cadre du renforcement du dispositif de mobilisation accrue de recettes publiques » en présentant au Conseil « la situation de la trésorerie de l’Etat durant le mois de septembre 2021».

« Ainsi, a déclaré le porte-parole du Gouvernement, les recettes collectées du 1er au 30 septembre dernier ont été de l’ordre de 1 069 milliards de Francs congolais. Ce qui représente un taux d’exécution de 121% par rapport aux assignations budgétaires du mois sous examen. Ce résultat vient consolider la tendance haussière des recettes publiques déclenchée depuis avril 2021 ».

« Saluant la performance des régies financières dans la mobilisation des recettes au-delà des attentes, le ministre des Finances a donné des indications précises suivantes :

– La Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA) a fait un taux de réalisation de 128% sur ses assignations budgétaires évaluées à 219,7 milliards de CDF. Elle a mobilisé 280,2 milliards de CDF.

– La Direction Générale des Impôts (DGI) a atteint 117% de ses assignations mensuelles arrêtées à 511,3 milliards de CDF. Ses recettes se sont chiffrées à 599,6 milliards de CDF.

– La Direction Générale des Recettes Administratives, judiciaires, domaniales et participations (DGRAD) a, quant à elle, fait un taux de réalisation de 127% sur ses assignations de 149,6 milliards de CDF. Elle a mobilisé 190,1 milliards de CDF.

Il a, enfin, rassuré le Conseil de la détermination du Gouvernement à maintenir le cap de la mobilisation accrue des recettes publiques et de la rationalisation des dépenses de l’Etat qui ont tendance à s’ajuster au niveau de recettes réalisées ».

Nicolas Kazadi a été complété par le ministre du Budget Aimé Boji Sangara Bahanyire qui a déclaré avoir transmis à ses collègues le Plan d’Engagement Budgétaire plafonné à 2.353 milliards de CDF pour le quatrième trimestre 2021,  expliquant le bien-fondé de la nécessité de se conformer à la procédure d’engagement de la dépense publique.

Signalons que le ministre des Finances, Nicolas Serge Kazadi Kadima-Nzuji était le week-end à Kisangani où il a rencontré les directeurs provinciaux de des régies financières qui lui ont fait part de «l’accroissement exceptionnel des recettes de l’Etat», cela grâce à l’état de siège, avec l’ouverture des axes Mahagi, Aru, Bunia.

avec AGENCES.

Admin

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.