Le FPI et des banques siphonnent des candidats promoteurs : les 20 questions du Professeur Tryphon Kin-kiey Mulumba

Le FPI et des banques siphonnent des candidats promoteurs : les 20 questions du Professeur Tryphon Kin-kiey Mulumba

À Kenge, chef-lieu de l’une des provinces les plus pauvres du pays, les femmes accouchent à même le sol. Hôpitaux et écoles ressemblent à des hangars livrés aux intempéries…

Hommes, femmes, jeunes, vieux font leurs besoins dans la brousse environnante face à des petites bâtisses envahies par des odeurs fétides…

Le long de la nationale nr 1, à 50’ de route du fameux site de Bukanga Lonzo criminalisé mais dont la justice du pays s’occupe désormais après qu’un Congrès rassemblant les deux Chambres eut levé l’immunité de l’accusé principal sur un réquisitoire en béton armé du Procureur Général près la Cour Constitutionnelle, Jean-Paul Mukolo Nkokesha, sort miraculeusement de terre en moins de 4 mois, un monolithe : un château de Versailles dans la jungle, propriété personnelle du D-G du FPI, Patrice Kitebi Kibol Mvul.

Les matériaux seraient directement importés d’Italie. Un mall à Kenge où un habitant n’aurait pas 1$US/par semaine, où le seul produit vendu est le bois de chauffe, la chenille sauvage ou le champignon qui pousse à certaines saisons dans des lieux aux émanations pestilentielles irrespirables… Et il se raconte que les Libanais de Congo Futur blacklistés par le Trésor américain et le département d’état, auraient acquis cet immeuble futuriste qui dépasse de loin l’immeuble Intelligent du boulevard du 30 juin à Kinshasa ou concurrencerait les bâtiments washingtoniens de la capitale de la riche province du Lualaba….

Mais à Kenge, pour en faire quoi ?

Jour après jour, on commence en effet à en savoir un peu plus : hier c’est comme aujourd’hui. Au FPI, Fonds de promotion de l’industrie, aucun candidat promoteur ne lève le fameux graal sans avoir été sévèrement et préalablement été siphonné : 30, 40 voire 50% et pourquoi pas tous les fonds promis, dilapidés par la Haute Direction.

DES TEMOIGNAGES QUI AFFLUENT.

A tous les étages du pays, les témoignages affluent.

Un général des FARDC dit avoir « libéré » pour compte de la Haute Direction 25% de la cagnotte. Devant témoins, le haut galonné jubile : il s’est bien tiré d’affaire… «D’autres ont versé pire…», explique-t-il sans trop s’en faire, estimant que «c’est le prix à payer».

Tel autre commerçant affirme s’être vu exiger 40%. Etc.

Mais « comment débuter un projet et le conduire à terme ? », s’interroge un promoteur aux abois.

Expliquant : « Comme c’est eux qui m’ont chopé les 40%, à eux de me trouver la voie quand viendra l’heure du remboursement. Mais j’ai bien peur… ».

Même une personnalité de très haut rang – connue de Patrice Kitebi Kibol MVul – l’a échappé belle.

L’une de ses villas était sur le point d’être vendue. «Impossible d’avoir sommeil. Je n’avais jamais reçu ces fameux fonds du FPI. J’ai tourné et retourné tous les plans.  Avc moi, il ne pouvait blaguer. C’est un méchant personnage…», explique cet homme désormais placé à un très haut niveau encore de l’Exécutif national… 

Le projet FPI des éts FPG, Finance Press Group, avait été très vite validé par les services techniques du FPI sous la conduite de l’Administrateur-directeur technique mais aussitôt rejeté par la Haute Direction du FPI qui n’y avait trouvé aucun « répondant ».

Normal : il s’agissait de « renforcer les équipements d’une imprimerie de presse, propriété d’un média trop libre et trop indépendant qui vendrait vite la mèche ».

La Haute Direction a émis un avis « négatif ».

C’est deux ans plus tard qu’un patron de banque commerciale – Robert Lévy de la TMB en l’occurrence – las que le crédit de 230.000 € contracté par le Professeur Tryphon Kin-kiey Mulumba auprès de sa banque contre certificat d’enregistrement de sa propriété, après des « services rendus » à la TMB dans le dossier qui opposait la TMB à la succession Dokolo (immeuble siège NBK), que la Haute Direction du FPI, sur simple coup de fil de Robert Lévy, va accepter trois jours plus tard, de « libérer les fonds ».

Sauf que le mode opératoire en vigueur restait de rigueur : siphonner «à mort » le promoteur…

Si le FPI dit avoir transféré 460.000,00 CDF, ceux-ci auraient été payés à la TMB, banque inconnue de FPG, Finance Press Group qui avait communiqué un compte commercial à la Rawbank.

Des témoignages internes au FPI existent, récoltés par des juges…

Mais sur quel compte ces fonds du FPI ont atterri à la TMB ? Qui a actionné ce compte et sur ordre de qui ? Si la TMB s’est servie opportunément à la source, qu’a-t-elle fait de la différence, un peu plus de 220.000,00$US siphonnés ?

Mais en quoi le FPG et son promoteur peuvent être mêlés dans une affaire de détournement des fonds publics, d’escroquerie et de tentative d’extorsion des fonds ?

N’ayant jamais voulu à ce jour communiqué sur cette affaire de justice après avoir opté de laisser la justice libre et indépendante faire son travail, le Professeur Tryphon Kin-kiey Mulumba qui dit n’avoir «jamais souffert aucune fois d’aucune incontinence verbale», a, lundi 10 mai 2021, décidé de déroger à cette règle en oubliant le communiqué ci-après :

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

———————————–

Question nr 1.

Qui a demandé au FPI de transférer ces fonds publics à la TMB, banque inconnue du FPG quand la banque référencée de FPG est la Rawbank comme s’en émeut le Cabinet Palankoy par une lettre du 10 mars 2010, réf. D.10/MA/NM/094/10 ? (pièce nr 1, « mon client n’a pas été associé à aucune des tractations entre le FPI et la TMB pour changer la destination de ce crédit du FPI » ; « Le Professeur Kin-kiey n’a été ni informé, ni sollicité pour donner son aval pour ce détournement de crédit », expert comptable TriCom, Me Tshibangu Sabwa’a Tshiband, 13 mars 2018).

Question nr 2.

Sur quel compte ces fonds publics du FPI ont été versés à la TMB ? (op. cit.).

Question nr 3.

Qui a actionné ce compte et sur ordre de qui ? (op. cit.).

Question nr 4.

Qu’a fait la TMB de la différence soit 220.000,00 $US et pourquoi le certificat d’enregistrement de la résidence du Professeur Tryphon Kin-kiey Mulumba reste détenu à la TMB alors que la dette serait apurée ? (op. cit.).

Question nr 5.

Puisque la TMB s’est royalement servie à la source grâce à ses connivences au FPI, pourquoi Robert Lévy, son grand patron réclame-t-il, par le biais d’un de ses amis, 50.000 € au Professeur Tryphon Kin-kiey Mulumba avant de lui restituer son certificat de propriété ?

Question nr 6.

Comment le FPI dont la mission est d’appuyer l’industrie congolaise s’est-il permis de dévier de  cette mission pour aller rembourser des dettes des tiers en allant appuyer le secteur bancaire commercial? (op. cit.).

Question nr 7.

A la suite de quel type d’arrangements le FPI s’est-il saisi le 28 décembre 2020 à Waterloo en période suspecte d’une épouse divorcée pour la retourner contre son ex-mari et, plus grave, contre les intérêts de ses enfants par une lettre expédiée par DHL au FPI et à la TMB sans copie à son ex-mari, ni aux avocats de ceux-ci, et avec quels moyens le FPI est-il parvenu à ce mystérieux résultat quand la dame charge les adversaires FPI-TMB de son ex-mari de protéger ses intérêts mafieux et, face à nos épouses, que privilégier : l’amour ou la confiance ? (pièce 2).

Question nr 8.

Pourquoi le FPI et la TMB qui ont fermé leurs portes des mois durant à l’expert comptable Me Tshibangu Sabw’a Tshiband commis par un juge du TriCom les ont-elles ouvertes à l’avocat du FPI du nom curieusement de Carlos dix ans plus tard en période suspecte (rapport de l’expert comptable) ?

Question nr 9

En quoi le Professeur Tryphon Kin-kiey Mulumba et les Ets Finance Press Group sont mêlés dans une affaire de détournement des fonds publics, d’escroquerie, de blanchiment d’argent sale, de tentative d’extorsion ?

Question nr 10.

Qui peut faire croire et à quel juge qu’un contrat signé et des ordres de virement – ceux-ci n’étant que des promesses – représentent une preuve de paiement sauf sur des réseaux sociaux stipendiés ?

Question nr 11.

Pourquoi les avocats de la TMB se disent surpris d’apprendre que le FPI avait versé des fonds à la TMB pour le FPG alors qu’eux n’ont jamais été informés de cette transaction ?

Question nr 12.

La TMB doit-elle invoquer ses relations avec l’ancien pouvoir et des partenaires katangais pour continuer à détrousser des candidats investisseurs congolais ?

Question nr 13.

Alors que les affaires sont pendantes devant les cours et tribunaux, et qu’aucun juge n’a à ce jour rendu une décision définitive et irrévocable, que pourrait expliquer l’usage par le FPI des réseaux sociaux ?

Question nr 14.

Pourquoi le FPI use-t-il des sites sur les réseaux sociaux et des médias qu’il sponsorise par ses campagnes de communication qui visent quels objectifs ?

Question nr 15.

La sponsorisation à outrance et sans raison par une firme non commerciale qui rappelle la Fondation Bill Gates faisant des cadeaux aux journaux de la planète pendant la période suspecte de COVID-19, ne devrait-elle pas interpeller le ministre de tutelle dès lors qu’elle vise à se prémunir des critiques de ces médias ?

Question nr 16.

Peut-on savoir l’origine des fonds qui ont permis au D-G du FPI Patrice Kitebi Kibol Mvul d’ériger en 4 mois un insolent monolithe de plusieurs étages qui dépasse en ambition des immeubles washingtoniens dans la cité de Kenge, à 50’ du site de Bukanga Lonzo suivant l’exemple de son mentor quand il prétend avoir cédé à des Libanais de Congo Futur blackilistés par le Trésor américain?

Question nr 17.

Ces fonds viennent-ils de la corruption, de détournement, des opérations retour (rétrocommissions) quand des candidats promoteurs sont siphonnés à 30, 40 voire 50 % sur les fonds prétendument reçus et vantés au FPI ?

Question nr 18.

Le contexte politique actuel ainsi que les questions judiciaires qui touchent les intouchables de jadis de ce pays que le FPG par le biais de ses médias exploitent en toute liberté et en toute indépendance peuvent-ils conduire ces personnes à perdre le sens de la maîtrise et à commettre des actes illégaux?

Question nr 19.

Des lors que le FPI a choisi de voler au secours de ses amis banquiers en faillite, en quoi le FPG et son promoteur sont-ils redevables au FPI ?

Point 20 final :

C’est à la justice et à la justice seule aussi bien au civil qu’au pénal désormais saisi, de faire librement et en toute indépendance son travail qui consiste à décourager des comportements criminels.

Kinshasa, 11 mai 2021.

Prof. Tryphon Kin-kiey Mulumba.

Admin

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *