Tshiyombo Kasonga fier du projet présidentiel Grand Kasaï

Tshiyombo Kasonga fier du projet présidentiel Grand Kasaï

C’est bien ce qui est prévu dans les règlements du FPI : aussitôt qu’un fonds a été alloué à un promoteur public ou privé, le FPI a obligation de s’assurer de l’effectivité de la sortie de ces fonds de son compte (ou ses comptes), de l’octroi effectif de ces fonds au promoteur dûment identifié – qui accuse bonne réception, de l’usage que le promoteur fait de ce fonds (qui ne doit être que celui pour lequel ce fond a été décaissé), de l’acquisition ou de la réalisation du bien ou de l’exécution de l’ouvrage, du suivi et de l’accompagnement intégral du projet financé.

C’est ce qui justifie le déplacement dans le Kasaï Oriental du président du Conseil d’administration du Fonds de Promotion de l’Industrie, Constantin Tshiyombo Kasonga, une visite d’inspection avec pour objectif «faire l’état des lieux de l’avancement des travaux de construction des infrastructures financées par le FPI dans le cadre du Programme de désenclavement et de connectivité des provinces du Grand Kasaï».

En clair, se rendre compte que les millions de $US sortis des caisses du Fonds de Promotion de l’Industrie ont atterri sur le bon compte ; que son bénéficiaire en fait bon usage ; que les ouvrages pour lesquels ces fonds ont été octroyés ont commencé à voir le jour et, à quel taux de réalisation et que les travaux avancent sans anicroche ou, à quels types de problèmes ils font face et quelles réponses idoines le FPI pourrait leur apporter.

« LE PROGRAMME PRESIDENTIEL ACCELERE ».

Le Programme Grand Kasaï est ce«Programme Présidentiel accéléré de lutte contre la pauvreté et les inégalités» qui a l’ambition de « sortir de la pauvreté 20 millions de Congolais vivant en milieu rural et périurbain dans les 145 territoires du pays.

Lancé le 16 octobre 2019 sur le site du Lac de Ma Vallée à Kinshasa, ce programme avait été confié notamment au FPI pour son exécution par le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo lors d’une séance de travail à Moanda, à l’embouchure du fleuve, à l’issue d’une séance de travail, le 7 janvier 2020, avec la Direction Générale du FPI. 

Il faut noter qu’au terme de l’ordonnance portant création du FPI (n°89-171 du 7 août 1989) transformée par un décret (n°09/64 du 3 décembre 2009), le Fonds de Promotion de l’Industrie a, entre autres missions, «la construction et/ou la remise en état des infrastructures reconnues d’utilité publique dans les zones d’opération des entreprises financées ».

Le président du Conseil d’administration du Fonds de Promotion de l’Industrie était ainsi du 19 au 22 novembre dernier «sur terrain», à Mbujimayi, capitale de la province du Kasaï Oriental et à Tshipuka, localité située à 18 kms de Mbujimayi.

Il s’était adjoint du directeur adjoint du FPI en charge des études qui conduit « le projet présidentiel Grand Kasaï » et d’autres responsables de son entreprise.

Sur place, la mission a inspecté divers chantiers, des infrastructures sanitaires et scolaires (l’Hôpital Général de Référence de Kansele (bâtiment administratif, kinésithérapie, unité de transfusion sanguine, morgue, etc.), l’Hôpital Général de Référence de la Muya, l’école primaire du 4 janvier le long du boulevard Laurent-Désiré Kabila, l’Institut (primaire et secondaire) Kalenda Mudishi et structurante (la Centrale solaire de Thipuka). Le taux d’exécution physique des infrastructures va de 18,7% (une école secondaire) à 38% (l’Unité de transfusion sanguine) mais, selon le rapport de mission adressé au ministre de tutelle, « de façon générale, les fonds de démarrage qui ont été donnés aux entreprises ont servi au lancement de travaux qui avancent très bien.

« ACHEVER LE PROJET DANS LE TEMPS ».

Les équipes en place, les entrepreneurs et le bureau de contrôle et surveillance collaborent bien dans ce sens que les délais sont respectés. Il faut noter que certains ouvrages vont se terminer dans douze mois et, d’autres, dans huit mois ».

La mission a néanmoins noté « quelques difficultés » sans les spécifier mais encourage le bureau de contrôle et surveillance « à travailler rapidement avec les entreprises pour trouver des solutions idoines et avancer dans la bonne direction ».

Le Président du Conseil d’administration Constantin Tshiyombo Kasonga a, sur le terrain, à l’issue de sa mission, démenti diverses rumeurs répandues par des « non ingénieurs, des non architectes, des non experts ».

« Nous sommes fiers d’aller faire rapport à notre ministère de tutelle, le ministère de l’Industrie, pour lui montrer que les fonds que nous avons mis à la disposition des entreprises attributaires installées au Kasaï Oriental sont bien utilisés », a-t-il poursuivi.

« On est engagé. Les études ont été faites et approuvées. La demande de ce qui devrait être fait a été acceptée par le FPI et on a commencé à donner de l’argent. Nous ne voyons pas ce qui va nous arrêter parce que notre souci est d’achever les travaux dans le temps. Nous devons inaugurer ces écoles dans le temps », déclare cet ancien financier, ancien directeur de banques commerciales qui rappelle que le projet Grand Kasaï s’intègre dans la matérialisation de la vision du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo : investir dans les infrastructures structurantes en vue de donner une nouvelle image du pays.

D. DADEI.

Admin

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *