A l’Ogefrem, l’incroyable ballet de Directeurs généraux

A l’Ogefrem, l’incroyable ballet de Directeurs généraux

C’est au tour de Justin Kamwanya Kalemuna Lem’s de prendre «provisoirement» la tête de l’Office de Gestion du Fret Multimodal. La décision du ministre Chérubin Okende Senga est tombée le 5 avril 2022. Avant Justin Kamwanya, c’est Olivier Manzila Mutala qui exerçait ces fonctions… «provisoirement». Le 13 juillet 2021, Olivier Manzila Mutala avait remplacé le Directeur Général Patient Sayiba Tambwe suspendu «provisoirement» la veille «pour insubordination» et «fautes graves».
En neuf mois, cet établissement public aura vu trois D-G se succéder à sa tête sous les ordres du même ministre des Transports, Voies de communication et Désenclavement.
Comment expliquer une telle vitesse de succession à la tête d’une entreprise commerciale? Choix hasardeux d’hommes? Couacs de casting? Règlement de comptes? Chacune de ces hypothèses est condamnable, suggère une voie mal empruntée !
Contre Patient Sayiba Tambwe, le ministre Okende avait invoqué «des manœuvres» orchestrées par celui qui fut le tout puissant Directeur Général des années FCC-PPRD. Fort du soutien de ses mentors, il réussit à se soustraire de la justice qui le recherchait et à se fondre dans la nature avant de réapparaître plus tard sans être inquiété.
«Des manœuvres», explicite le ministre, consistant à faire obstacle aux investigations menées au cabinet du ministère des Transports, relatives au refus d’exécution des instructions du Chef de l’État». Le ministre reprochait aussi au Directeur général «la violation d’une décision du Conseil des ministres concernant le recrutement, le mouvement du personnel, la promotion en grades et le licenciement abusif».
Qu’en est-il de Manzila Mutala, lui doublement frappé, comme Directeur Général a.i. et comme Directeur Général Adjoint? Ici, le ministre invoque la commission d’«actes de vandalisme et de violences corporelles sur les agents et cadres».
Autres griefs : l’arrêt brusque du travail et des services au sein de cet établissement public. Le D-G a.i. se serait aussi «constitué en obstacle pour le développement et le fonctionnement harmonieux de l’Ogefrem».
A ceux qui y verraient un quelconque acharnement, le ministre assure qu’il agit «dans le strict respect des textes pertinents de la République et des instructions du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, reçues par son directeur de cabinet».

COURRIER PEU AMENE DU PREMIER MINISTRE.
Puisqu’il n’y a pas deux sans trois, le troisième homme à prendre «provisoirement» la direction de l’Ogefrem est Justin Kamwanya Kalemuna Lem’s. Économiste et financier de formation, Justin Kamwanya Kalemuna Lem’s fut, dans une autre vie, Directeur de Cabinet Adjoint du ministre des Transports et Voies de Communication, Coordonnateur National de la Cellule de suivi des Projets intégrateurs et des activités des corridors des transports, Coordonnateur de la Direction Générale à l’Office de Gestion du Fret Multimodal et Conseiller Principal du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba.
Kamwanya Kalemuna Lem’s fut aussi président du Conseil d’administration du Corridor central et du Corridor nord, chargé des projets et des stratégies au COPIREP dans le secteur des transports et membre de l’équipe de révision du décret fixant les statuts actuels de l’Ogefrem. Les ports, les frets au Congo et dans le monde, Kalemuna Lem’s s’y connaît.
Est-ce le Graal recherché à l’Ogefrem?
Reste cette lettre du Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge adressée à son ministre répandue sur les réseaux sociaux. Elle restera un classique dans les annales de gouvernance publique.
Dans ce courrier daté du 18 mars 2022 (réf. CAB/PM/DIRCABA/PAJD/VMM/03/2022), Sama décrit son ministre des Transports comme un Don Quichotte, quelqu’un qui s’emmêle les pinceaux se passant même de l’institution Président de la République. Il évoque deux contrats, l’un sur le partenariat conclu il y a quatre ans par l’Ogefrem et certaines firmes privées. «(…) Il me revient qu’un climat malsain s’est installé à l’Office de gestion du fret multimodal au sein duquel s’observent des actes de vandalisme de tous ordres ainsi qu’un arrêt brusque du travail et des services, suite à certaines injonctions que vous avez données directement au DG a.i de cet office», constate Sama.
Depuis fin décembre 2021, Okende exerce un certain lobbying sur la direction générale de l’Ogefrem en flagrante violation de la loi n°08/009 du 7 juillet 2008 portant disposition générale applicables aux établissements publics ainsi du décret n°09/63 du 3 décembre 2009 fixant les statuts de l’Ogefrem.
Sama en veut pour preuves, écrit-il : «vos lettres référencées 000702 et 000703/CAB/MIN/TVCD/2021 du 28 décembre 2021 et 00052/CAB/MIN/TVCD/2022 du 26 février 2022, vous avez enjoint le DG ai, d’une part, de suspendre les contrats qui lient l’Ogefrem aux sociétés Golden Jiangsu Coast et Africa Union Cargo et, d’autre part, de réintégrer dix agents et cadres licenciés en 2017».
«Les statuts de l’Ogefrem circonscrivent votre champ d’exercice du pouvoir de tutelle, que je vous invite à observer», insiste le Premier ministre. «Je tiens à vous faire observer, en ce qui concerne les injonctions de suspension des contrats liant l’Ogefrem (…), que vous auriez dû demander à l’Ogefrem, à la rigueur, d’établir un état des lieux desdits contrats au regard des accusations et irrégularités qui auraient été portées à votre connaissance afin de vous permettre d’avoir des éléments d’appréciations objectifs susceptibles de vous éclairer utilement (…)». Ne l’ayant pas fait, Sama demande à Okende «de reconsidérer» ses injonctions de suspension de ces contrats, de faire procéder, au préalable, à un état des lieux…».
Que dire au troisième homme arrivé à la tête de cet établissement public? Longue vie au Directeur général… «provisoire»!

ALUNGA MBUWA.

Admin

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.