La Cominière fait grand plaisir au chinois Zijin dans le projet de lithium

La Cominière fait grand plaisir au chinois Zijin dans le projet de lithium

Ses parts étaient évaluées à 150 millions de dollars, elle les lui vend à 33 millions.

Si c’est vrai c’est à dormir debout. Un réel scandale comme il en éclate désormais à chaque plongée. C’est l’amère constat que l’on pourrait faire. Dans un courrier qui sonne comme un boutefeu, l’Inspection Générale des Finances aurait écrit au Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge et porte à sa particulière attention une note sur les résultats d’un contrôle de la régularité de la cession des participations de Cominière SA, entreprise du Portefeuille de l’État, dans la société Dathcom Mining SA. La note ? Une véritable interpellation du Chef du Gouvernement…
L’affaire ? Mieux, la énième affaire, parce qu’elles sont désormais légion : les 15% des parts sociales de l’entreprise publique la Cominière dans la société Dathcom Mining à la société chinoise Zijin Mining, effectuée en violation des dispositions légales sur le désengagement de l’État des entreprises du Portefeuille.
Ces parts étaient évalués à 150.000.000 de $US, elles ont été cédées à 33.440.000 de $US. Manque à gagner : 116.560.000 de $US.
Puis, la dilapidation du produit de cette vente. Sur ces 33.440.000 de $US reçus et, de connivence avec le Conseil d’administration de la Cominière SA, les dirigeants de cette entreprise publique se sont déjà distribués 6.800.000 de $US.
Les raisons, à leurs yeux, ne manquent pas : versement des collations, honoraires, commissions et rémunération à qui a contribué à la réalisation de cette opération.
Et, puisqu’il n’y a pas deux sans trois, cession à titre gratuit des 5% des parts sociales de la Cominière SA dans la société Dathcom Minging SA au profit de la société Dathomir Mining Sarl. Lesquels 5% auraient été revendus pour 85 millions de $US. Un schéma qui rappelle bien d’autres…

QUE VA FAIRE LE PREMIER MINISTRE ?
Dans ce courrier qui a fuité, trois points ressortent clairement et sont mis en gras et en souligné : « bradage du patrimoine minier de l’État» ; «dilapidation du produit de la vente de 15% des parts de la Cominière SA dans la société Dathcom Minging»; «cession à titre gratuit…». Bref, un scandale qui attend une sanction exemplaire.
L’IGF qui sait appeler un chat un chat, soupçonne trois responsables : l’Administrateur Directeur Général a.i. de Cominière SA, Athanase Mwamba Misao, les membres du Conseil d’Administration de Cominière qui auraient autorisé ces opérations, la ministre du Portefeuille Adèle Kahinda Mayina.
À en croire les milieux proches du dossier, c’est à la suite des recommandations édictées par S.E.M. le Président de la République, Chef de l’État, pour la surveillance de toutes les opérations financières de l’État, (que) l’Inspection Générale des Finances vient d’effectuer une mission de contrôle de cession des participations de la société Cominière SA, Entreprise du Portefeuille de l’État, dans la société Dathcom Mining SA spécialisée dans la production du lithium suivant l’ordre de mission n°54/PR/IGF/lG CS/JAK/BRF/2022 du 16 février 2022 suivi de l’ordre de mission n°73/PR/IGF/IG-CS/JAK/BEP/2022 du 22 février 2022.
Après cette mission de contrôle, trois faits importants sautent à l’oeil et pour lesquels «nous saisissons votre autorité pour décision», écrit le courrier.
Il s’agit de : bradage du patrimoine minier de l’État. La cession de 15% des parts sociales de l’Entreprise publique la Cominière dans la société Dathcom Mining à la société Zijin Mining a été effectuée en violation des dispositions légales sur le désengagement de l’État des entreprises de Portefeuille. En effet, les 15% des parts sociales de la société Cominière SA évalués à 150.000.000 de $US (dollars américains cent cinquante millions) ont été cédés à la société Zijin Mining pour une valeur totale de 33.440.000 de $US (dollars américains trente-trois millions quatre cent quarante mille). Il s’en suit un manque à gagner de 116.560.000 de $US (dollars américains cent seize millions cinq cent soixante mille)» ; «dilapidation du produit de la vente de 15% des parts de la Cominière SA dans la société Dathcom Mining. Sur le montant global du produit de cession de 15% des parts sociales qui s’élève à 33.440.000 de $US (dollars américains trente-trois millions quatre cent quarante mille), la Cominière SA a déjà utilisé environ 6.800.000 de $US (dollars américains sin millions huit cent mille) au titre des collations, honoraires, commission et rémunération au profit des personnes ayant contribué à la réalisation de la vente des parts et ce, avec l’aval du Conseil d’Administration de la Cominière SA».
Puis : «Cession à titre gratuit des 5% des parts sociales de la Cominière SA dans la société Dathcom Mining SA au profit de Dathomir Mining Sarl. La cession présumée gracieuse et provisoire de 5% des parts sociales de la Cominière dans Dathcom Mining SA à Dathomir Mining Sarl, intervenue en 2017, s’est avérée au regard du contrat de cession que celle-ci était définitive et irrévocable, avec un prix convenu entre les deux parties, mais dont les revenus n’ont pas été retracés à la Cominière SA. Il y a présomption d’usage de faux dans le chef du Directeur Général a.i. pour réaliser une cession frauduleuse de 5% de parts sociales».
Puis de clôturer en désignant les responsables. «Tous ces faits sont à charge du Directeur Général a.i de la société Cominière SA, des membres du Conseil d’Administration de ladite société ainsi que du Ministre d’État, Ministre du Portefeuille».
La Cominière SA est une jeune entreprise minière dont le siège social se situe au n°5167, avenue Nyembo, quartier Socimat, à Kinshasa-Gombe. Elle a été créée le 12 avril 2010 après la décision de l’Assemblée Générale des actionnaires, à savoir, le ministère du Portefeuille et l’Institut national de sécurité sociale dont la nouvelle appellation, depuis le 15 juillet 2018 (loi du 15 juillet 2016), est la Caisse nationale de sécurité sociale, CNSS.

L’INFLUENT CONG MAO HUAI.
La Cominière détient 35 périmètres miniers disséminés dans le Nord Katanga, dans les provinces du Tanganyika et du Haut-Lomami où l’on trouve des roches de type pegmatite riches en spodumène, un minéral de lithium associé au minerais stanno-coltanifère. Plus précisément dans les territoires de Manono, Mitwaba, Kalemie, Malemba-Nkulu, Bukama, Moba, Nyunzu, Kongolo. L’entreprise mène toutes les opérations d’étude, de prospection, de recherche et d’exploitation minière de cassitérite, de tantale, de niobium, de wolfram, de lithium, d’or et de toutes substances minérales concessibles et valorisables.
L’histoire de Cominière remonte à 1920 quand la Compagnie géologique et minière des ingénieurs et industriels belges extrayait de l’étain à Manono. En 1960 au lendemain de l’indépendance, la Compagnie géologique et minière cède ses actifs à la Société géologique et minière du Congo.
Rebaptisée en 1968 Congo-Étain, puis en 1971 Zaïre-Étain, la société voit sa production chuter progressivement. En 1997, elle reprend le nom de Congo-Étain, avant de renaître, début des années 2010, sous le nom de Cominière, la Congolaise d’Exploitation Minière, dont le capital est détenu par l’État congolais (90%) et la Caisse nationale de sécurité sociale (10%).
La société Dathomir Mining Resources, que détient l’influent homme d’affaires chinois Cong Mao Huai, appelé au Congo Simon Cong, et considéré comme la tête de pont du business chinois dans le pays, a, en septembre 2020, conclu un accord de vente de 10 % de ses parts dans Manono à l’opérateur australien du projet, AVZ Minerals. La finalisation de la transaction fait de AVZ Minerals le propriétaire à 75 % du site de lithium contre 25 % pour l’entreprise de l’État Cominière.
Zijin Mining est une entreprise minière chinoise. Elle est la troisième entreprise de cuivre de Chine. Elle est la principale société aurifère en Chine et exploite la mine de Zijinshan, la plus grande mine d’or de Chine. En mai 2015, Zijin Mining rachète 47 % du projet Kamoa pour 412 millions de $US au canadien Ivanhoe Mines. Au total, Zijin Mining dispose de 57% dans la mine de cuivre de Kamoa et de 51% de parts via sa filiale Jin Cheng Mining dans la Compagnie Minière de Musonoie Global.
Classé métal stratégique au Congo, le lithium est un métal rare. Il entre dans la fabrication des piles et des batteries notamment pour les panneaux solaires, les ordinateurs, les smartphones et les voitures électriques, mais aussi dans l’industrie du verre et des céramiques, comme dans la fabrication de lubrifiants spéciaux et d’alliages, le traitement de l’air vicié par le CO2, l’industrie pharmaceutique et celle du caoutchouc et des thermoplastiques.
Les plus grands producteurs mondiaux de lithium sont à ce jour la Bolivie, le Chili et l’Argentine, baptisés «triangle du lithium», ainsi que la Chine et l’Australie. Le lithium du Congo pourrait à terme se révéler le plus facile à extraire et de plus grande qualité. Le pays qui héberge un certain nombre de métaux essentiels à la transition énergétique et qui attisent les convoitises, est déjà le principal fournisseur mondial de cobalt et l’un des acteurs majeurs dans la production de cuivre, attire le monde entier avec ses immenses réserves du lithium à son arc.

D. DADEI.

Admin

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.