Une note d’Ilunkamba avait déverrouillé les restrictions du DirCab Guylain Nyembo

Une note d’Ilunkamba avait déverrouillé les restrictions du DirCab Guylain Nyembo

Le 12 avril 2021, au moment où la liste des nouveaux ministres était publiée, la VPM en charge du Plan du cabinet Ilunga Ilunkamba, réputé démissionnaire depuis plusieurs semaines,  élysée Munembwe Tamukumwe, engageait le Trésor public dans un chapelet de commandes des véhicules pour les services internes du Plan notamment la Direction de contrôle et de suivi.

Le Soft International n’a pu retracer que des marchés d’acquisition des véhicules, tous au profit du Libanais de Congo Motors pour plus de 1, 32 milliards de CDF (640.000 $US). Elles ont donc raison ces organisations de la société civile qui recommandaient au Chef de l’État la tenue d’un audit avant toute remise et reprise au sein des ministères.

Le nouveau ministre du Plan Christian Mwando Simba, devrait lui se rebiffer quant à son idée de recourir à sa prédécesseure en cas de besoin.

Pour contourner la directive du DirCab portant notamment suspension de tout engagement, liquidation et paiement de toutes dépenses autre que les charges du personnel au sein des ministères prise fin janvier 2021, Mme Munembwe fonde ses dernières commandes sur une note d’approbation signée en date du 12 mars 2021 par le Premier ministre démissionnaire Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

«JUSTE POUR SE FAIRE L’ARGENT».

Comme pour dire que même agissant au nom du Chef de l’État, le DirCab n’a aucun ordre à donner aux ministres quoiqu’étant d’un cabinet démissionnaire. Les juristes constitutionnalistes apprécieront…

La forfaiture – si forfaiture il y a – de Munembwe n’est pas un cas isolé. Le lendemain du 30 janvier 2021, date du communiqué du DirCab qui interdisait également les recrutements, nominations, promotions du personnel à tous les niveaux ou encore des voyages à l’extérieur du pays des membres du gouvernement et ceux de leurs cabinets, une pluie de commandes des véhicules, d’équipements divers, de recrutements est tombée sur plusieurs ministères. Reconduit sous Sama, un autre ministre s’est engagé, mi-février 2021, dans la réhabilitation de son cabinet et de celui de son vice-ministre. Les travaux ont été confiés à l’entreprise Modern Construction pour 221.445 de $US. Le 19 février 2021, le même ministre réalise une triple commande : «des véhicules terrestres» sans en préciser le nombre ni la marque ou encore les caractéristiques techniques. Juste le montant, 368.100 $US auprès de la société Petrac. Selon la note de ce ministre sortant, les bénéficiaires de ces véhicules sont les membres de son cabinet et son secrétariat «dans le cadre de suivi des projets», note-t-il. Une autre commande a porté sur du «matériel roulant» non autrement identifié pour un montant de 40.000 $US auprès de la Daon Motors. Motif : compte du projet Katende-Kakobola. La troisième commande porte sur «les équipements informatiques» d’une valeur de 116.030,36 $US et «des équipements divers pour l’évaluation des centrales hydroélectriques identifiées dans l’Atlas des énergies renouvelables» pour 129.214,64 $US auprès de l’UAC. Commentaire d’un syndicaliste sur l’opportunité de ces différents équipements: «du n’importe quoi ! Juste pour se faire l’argent». Autre ministre sur le départ, même obédience FCC, passé à l’Union sacrée. Alors qu’il s’est emmêlé les pinceaux avec un arrêté qu’il aurait antidaté, selon les services précités, pour se soustraire des mesures conservatoires prises par le DirCab, le voilà qui effectue, février 2021, des commandes de divers équipements scientifiques et de laboratoire pour plus de 482.000 $US auprès d’une société sujette à caution Cupro Labo, au bénéfice, selon lui, du Centre de recherche géologique et minière, CGRM, du Centre de recherche en sciences appliquées et technologiques, CRSAT, du Centre de recherche agro-alimentaire de Lubumbashi, CRAA et de l’Institut de recherche en sciences de la santé, IRSS. Mais aucun de ces services précités n’aurait, à ce jour, acquis un quelconque matériel.

Aux ITPR, le coordonnateur de la Cellule des Infrastructures, Théophile Ntela Lungumba, a probablement déjà recruté un comptable dont le début de prestation est prévu pour le mois d’avril 2021. La cellule des Infrastructures est en cours de recrutement d’une firme de consulting pour réaliser l’étude de référence pour l’évaluation des impacts du projet Kin Elenda porté par le ministre de tutelle sortant, Willy Ngopoos. Ailleurs, on a recruté pêle-mêle courant février, notamment un assistant technique et trois chauffeurs. Mi-février 2021, un ministre annonce vouloir se constituer un fichier des fournisseurs des biens et des prestataires des services que sa Cellule de gestion des passations des marchés publics va devoir inviter pour participer à des appels d’offres restreints au cours de deux prochaines années : opérateurs en papeterie, imprimerie, services traiteurs, salles des conférences, stations-services, fourniture d’équipements informatiques, fournitures de labo, médicaments, etc., entreprises des travaux (de construction?), agences de transport et fret, bureaux d’études. L’IGF a de précieux dossiers.

POLD LEVI MAWEJA

Admin

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *