Christophe Mboso préside à Lilongwe le Forum des Parlements de la SADC

Christophe Mboso préside à Lilongwe le Forum des Parlements  de la SADC

Le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso N’kodia Pwanga, arrivé samedi 9 juillet à Lilongwe, capitale du Malawi, a présidé, lundi 11 juillet, au Bingu International Convention Center, au titre de président tournant du Forum parlementaire, la 51ème de l’Assemblée plénière de cette instance de la SADC, la Communauté des pays d’Afrique australe, communauté économique régionale créée en 1992 qui comprend 16 pays (Angola, Botswana, Comores, République démocratique du Congo, Eswatini, Lesotho, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, Seychelles, Afrique du Sud, Tanzanie, Zambie, Zimbabwe). Mission principale de la SADC: intégration régionale et éradication de la pauvreté en Afrique australe par le développement économique et la garantie de la paix et de la sécurité.
Au titre de président du Forum parlementaire qui a entrepris en août 2021 sa transformation en parlement régional, Christophe Mboso a rencontré le président du pays, le Dr Lazarus McCarthy Chakwera et a discuté de la situation dans les Kivu et l’Ituri. «Nous nous sentons chez-nous. De même, nous sommes convaincus que le président du Malawi est notre frère. Nous allons bien nous entretenir avec lui des problèmes de la SADC, du continent et du monde entier», a déclaré le président Mboso à sa descente d’un avion Congo Airways à bord duquel il avait pris place.
C’est la première fois que Christophe Mboso prend part en présentiel à ce forum hormis les séances virtuelles imposées par la pandémie du Covid-19.
Dans son discours lundi 11 juillet 2022 devant le président du pays Lazarus McCarthy Chakwera, Christophe Mboso N’kodia Pwanga a appelé à la condamnation de l’activisme des groupes terroristes au Congo et au Mozambique. Il a déclaré qu’aucun pays, aucun individu, «n’ignore que le M23 constitue le bras armé du Rwanda au Congo». « Ces deux États, le Congo et le Mozambique attendent des parlementaires de la SADC la condamnation sans équivoque de l’activisme des groupes terroristes et des États qui les soutiennent», a-t-il poursuivi. Il a salué les efforts de médiation du Chef de l’État angolais Joâo Lourenço qui cherche à mettre fin à la guerre d’agression du Congo par le Rwanda.

LES THEMES DU FORUM DE LILONGWE.
Le thème du Forum portait sur des questions d’énergie, du changement climatique et de la sécurité alimentaire. «La crise multiforme qui découle de ces sujets oblige les États de la SADC à s’orienter vers des solutions innovantes, des énergies vertes, renouvelables et non polluantes, en veillant à ce que leur coût soit accessible aux concitoyens», a-t-il déclaré. «Les délibérations autour dudit thème permettront aux parlementaires de mettre à la disposition de nos Gouvernements respectifs des propositions innovantes. Comme indiqué dans ce thème, résoudre cette crise permettra aux États de la SADC de se libérer des entraves énergétiques, qui plombent le développement. Pour garantir l’autonomie en matière de production de l’énergie, il nous revient d’assurer la promotion des législations qui favorisent ce secteur. Mener une bonne politique en cette matière donnerait la possibilité à nos États de réaliser des économies et donc de renforcer leur indépendance», a-t-il poursuivi, indiquant qu’«il revient aux parlementaires d’interagir ensemble et de développer des stratégies de coopération qui faciliteront le transfert de compétences et de connaissances ainsi que le partage de technologies». Christophe Mboso entendait mutualiser les efforts afin de tirer des avantages profitables à tous. Il a rappelé que «certains États de notre région sont en avance dans la maîtrise des énergies solaires et éoliennes. Le partage d’expériences dans ce domaine est nécessaire afin de faire bénéficier à la Communauté régionale de ces progrès innovants en matière de production d’énergie. Je voudrais rappeler que les mêmes préoccupations feront l’objet du 42e Sommet des Chefs d’État et de gouvernement de la SADC qui aura lieu à Kinshasa en août prochain. L’examen des questions énergétiques par ledit sommet visera à promouvoir l’intégration entre les États de notre région. On ne saurait oublier l’intégration de la dimension genre dans le secteur des énergies renouvelables. Ceci permettra de promouvoir l’inclusion, l’égalité d’accès aux ressources et à la budgétisation des initiatives énergétiques».
Christophe Mboso s’est félicité d’assurer la direction de l’Institution à un moment de grandes réformes. Si la 50e Assemblée plénière, tenue en décembre 2021, avait adopté la loi type de la SADC sur la violence basée sur le genre, la session de Lilongwe procéderait à l’adoption de la loi type de la SADC sur la gestion des Finances publiques.
«Ces principes fondamentaux de la gestion des Finances publiques renforceront la bonne gouvernance et l’utilisation appropriée des fonds publics. Notre région ne saurait être le foyer de démocraties prospères et florissantes sans faire de la gestion des Finances Publiques un pilier inébranlable de l’administration publique. La redevabilité et la transparence dans le flux des fonds publics garantissent la bonne gestion des finances publiques ainsi que le rôle des citoyens. Il va sans dire que le Parlement doit jouer son rôle en matière de bonne gestion financière en exerçant un contrôle permanent des finances publiques. Force est de souligner que la loi type sur la Gestion des Finances Publiques est l’une de rares initiatives en cette matière. Son adoption dans quelques jours confirmera la position du Forum en tant qu’organisation interparlementaire de renom», a souligné Christophe Mboso.
Il a salué les parlements membres pour les efforts consentis permettant au Forum de progresser dans son programme de transformation. «Je vous assure que les processus juridiques sont en cours pour donner effet à la décision du sommet de la SADC. Il est question de formuler l’amendement au traité de la SADC et ensuite d’approuver le protocole créant le Parlement de la SADC. J’espère que le 42e sommet permettra de franchir de nouvelles étapes en faveur de la transformation. J’invite les parlements de la SADC à maintenir l’élan actuel afin d’obtenir l’amendement au traité de la SADC par la majorité requise à savoir des trois quarts des pays membres. Je remercie le Secrétariat de la SADC pour son implication dans ce processus administratif de transformation. Il convient de noter que la création du Parlement régional de la SADC renforcera l’identité géographique et rapprochera les parlements membres dans un esprit de coopération et de diplomatie. Ce sera également une avancée significative dans la réalisation du plan stratégique du Forum, marqué par la notion de parlementarisme régional».

D. DADEI.

Admin

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.