Quand l’opposition le menace Denis Kadima Kazadi rassure

Quand l’opposition le menace Denis Kadima Kazadi rassure

Denis Kadima Kazadi était vendredi 15 juillet sur «la colline inspirée», l’Université de Kinshasa, à la faculté des Sciences sociales, administratives et politique, à une matinée sur le thème, «la CÉNI face à la préparation du processus électoral de 2023».
Devant des étudiants et des professeurs, le président de la centrale électorale nationale, a, d’entrée de jeu, déployé sa «nouvelle vision (qui) consiste à organiser des élections en toute transparence, inclusivité, impartialité, crédibilité, intégrité et respect des lois, pour un Congo meilleur à travers les valeurs de redevabilité et d’équité», a-t-il déclaré quand, la veille, jeudi 14 juillet, lors du «Jeudi Politique à Lukunga», dans la Capitale, le secrétaire permanent de l’ancien parti présidentiel PPRD, Emmanuel Ramazani Shadary, succédant sur le thème à Martin Fayulu Madidi du parti ÉCIDE, Engagement Citoyen pour le Développement, qui clôturait le même jour à Kisangani, à la Tshopo, son deuxième congrès, a brandi une menace de guerre : « Nous, nous irons aux élections. Si, en 2023, il n’y a pas d’élections, c’est une déclaration de guerre. Cette déclaration de guerre c’est l’article 64. Nous allons appliquer l’article 64 de la Constitution pour chasser les incompétents et les non-instruits ».

SHADARY POSE TROIS PREALABLES.
Puis : « C’est pourquoi, si demain on vous appelle pour descendre dans les rues, vous devez venir. Si on a une quelconque marche, vous devez venir». Mais Shadary pose trois préalables : le remplacement obligatoire de l’actuel bureau de la CÉNI, le changement des juges de la Cour constitutionnelle et de la loi électorale.
Le président de la Commission centrale Électorale Nationale Indépendante qui a repris, vendredi 15 juillet avec les cadres de concertation avec les parties prenantes au processus électoral dont une grande plénière a eu lieu samedi 16 juillet, rassurant que les scrutins auront bel et bien lieu en 2023, a annoncé le début de l’inventaire des kits d’enrôlement, tout comme le renforcement du nouveau cadre légal et réglementaire qui va être complété par des textes réglementaires et des mesures d’application et le lancement de l’avis d’appel d’offres international pour l’acquisition des kits d’enrôlement des électeurs, des cartes d’électeurs et des services connexes dans le cadre de la révision du fichier électoral dont l’objectif ultime est de générer un fichier électoral fiable, inclusif, exhaustif, sécurisé et flexible qui devrait servir une base solide utilisable pour les opérations programmées d’identification nationale et de recensement.

D. DADEI.

Admin

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.